marigny de grilleau - réussir au casino
"Si vous sortez du casino chaque fois avec 1 pièce supplémentaire à celles que vous aviez en poche en rentrant, vous deviendrez riche..."
C'est avec des théories qu'on révolutionne et qu'on réforme. Hector Bernier
théorie


permanence 'M'

Introduction

Les calculs abstraits des pseudo-mathématiciens basés sur une marche fixe, ne peuvent pas s'appliquer à un système qui fonctionne sur une marche variable et mobile tel que la recherche sur les écarts. C'est pourquoi la notion : "sur le long terme" est simplement une vue de l'esprit. Car c'est au joueur seul de prendre la décision du moment de jouer, alors que le casino est dans l'obligation de faire tourner le cylindre de la roulette.




Théorie du gain scientifique

-1- Préambule à la théorie de Marigny de Grilleau

Avant de rentrer dans le détail de la théorie du gain scientifique de Marigny, arrêtons-nous quelques instants sur une notion forte importante : l'espérance mathématique (l'e.m). Voici une explication de l'espérance mathématique, ainsi que d'autres notions mathématiques et scientifiques pour les mordus.

-1.1- Définition de l'espérance mathématique

Voici la définition de l'espérance mathématique par wikipédia :L'espérance mathématique d'une variable aléatoire est l'équivalent en probabilité de la moyenne d'une série statistique en statistiques... Elle permet par exemple de mesurer le degré d'équité d'un jeu de hasard ; elle est alors égale à la somme des gains (et des pertes) pondérés par la probabilité du gain (ou de la perte). Lorsque l'espérance est =0, le jeu est dit équitable.

-1.2- Les jeux et l'espérance mathématique

Sans rentrer dans des détails mathématiques qui ne nous intéressent pas dans cet alinéa, car seul le gain nous fait poursuivre notre chemin, il est important d'avoir à l'esprit cette notion d'espérance mathématique.

Elle est à 0 lorsque le jeu est équilibré, en-dessous elle est négative et au-dessus elle est positive. Or de tous les jeux officiels existants sur cette terre, quel est le jeu dont "l'e.m" est >=0 ? Nous vous le donnons en mille... il n'y en a pas !!!

Alors me direz-vous ? Mieux vaut s'abstenir de jouer ? N'allons pas si vite en besogne... nous verrons plus loin qu'il peut être possible de contourner l'obstacle et c'est le but de ce site.

Les plus défavorables et de très loin étant les jeux de loterie et le moins défavorable est le cylindre de la roulette du casino (après le chemin de fer plus guère joué qu'en Italie). En jouant sur une chance simple du tapis vert, tel que "noir", "rouge", "pair", "impair", "manque" ou "passe", l'espérance mathématique est d'environ : - 0.04, c'est-à-dire très proche de l'équilibre mais elle reste négative !!! Elle est inamovible. En effet il y a 18 noirs et 18 rouges, 18 pairs et 18 impairs, enfin 18 numéros (1 à 18) "manque" et 18 numéros (19 à 36) "passe". Mais la roulette a en plus le zéro ce qui explique l'espérance mathématique négative sur les chances simples.

Cela veut tout simplement dire, qu'à long terme, en jouant tous les coups, il est impossible de gagner à la roulette. Vous sortirez perdant du casino. Nous avons bien dit : "à long terme" et en jouant "tous les coups". Car rien n'interdit sur un soir, deux soirs et même plusieurs jours ou mois d'affilée, de sortir gagnant mais le casino à un moment ou à un autre finira toujours par vous reprendre vos gains et ensuite une partie de votre capital.

Voilà qui devait être dit. Il faut donc trouver un procédé qui puisse nous permettre de retourner l'espérance mathématique en notre faveur. C'est ce que propose le gain scientifique d'une seule unité par la convergence des probabilités de Marigny de Grilleau.


-2- Alors peut-on gagner à long terme ?

Nous venons de voir ci-dessus qu'à long terme il était impossible de gagner... C'est la stricte vérité... mais nous avons précisé : "en jouant tous les coups" et c'est là que les pseudo-mathématiciens et quelques autres cherchent à leurrer la majorité. Car en utilisant la recherche d'une compensation sur les écarts, nous allons sélectionner les coups à jouer ou si vous préférez, jouer quand bon nous semble, et la théorie de ces pseudo-mathématiciens dans ce cas-là s'écroule comme un château de cartes. Voici comment :

Prenons une permanence sur la recherche d'une compensation sur les écarts de 1 024 coups joués. Ces 1 024 coups joués sélectionnés ont demandé l'observation et la notation d'environ 25 numéros par coup joué soit environ 25 600 numéros au total pour former cette permanence.

Or ces 25 600 numéros peuvent et doivent être considérés comme joués puisqu'elles englobent la construction de notre permanence. Comme vous le savez en fonction de la règle des probabilités, sur ces 25 600 numéros, vous perdez 346 mises (692/2) puisque vous avez la possibilité de les partager. Ce qui donne comme résultat : 12 627 gains et 12 973 pertes. Ce qui confirme que l'espérance mathématique est négative.

Revenons à notre permanence de 1 024 coups joués. Supposons que notre rendement s'est élevé à 15 % soit 154 pièces gagnées, zéros déduits, ce qui, il faut bien reconnaître est un très beau score qui représente presque 5 fois la valeur de la racine carrée de 1 024. Nous avons vu que ces 1 024 coups joués font partie intégrante de 25 600 numéros observés et notés. Que sont donc les 154 gains de notre permanence sur les 12 627 gains que nous pouvions espérer si nous avions joués tous les coups ???


A cet instant, pensez-vous toujours qu'il est impossible de gagner à long terme ???


Maintenant commençons à explorer la théorie de marigny de grilleau.

-3- La théorie de Marigny de Grilleau sur la roulette

-3.1- tous les coups sont-ils nouveaux ?

Voilà bien là une éternelle question. D'après le dictionnaire "le robert", nouveau veut dire : qui apparaît pour la première fois. Or dans l'esprit des gens ce n'est pas le sens qu'ils veulent donner à ce mot, mais plutôt de savoir si les numéros sont indépendants les uns aux autres. Poser de cette manière l'on peut répondre sans hésitation que "non". Comment pourraient-ils être indépendants et répondre en même temps aux probabilités qui ne sont rien d'autre que les lois de la nature. Bien sûr pris individuellement, un numéro quelconque de la roulette est indépendant ou libre. Mais par rapport à un autre numéro, sa liberté est déjà moindre, alors que dire sur des milliers ou des millions de numéros...!!! Dans ce cas les probabilités n'existeraient plus et nous ne serions ni vous ni nous ici à discuter.

-3.2- le carnet personnel

Le carnet personnel est un élément essentiel dans la recherche du gain à la roulette... S'il est vrai que celle-ci se fait à partir du passé et du présent (permanences authentiques), qu'en serait-il du futur si le systèmier ne prenait pas note des numéros qui tombent devant ses yeux et lui donne le point d'attaque de son système quel qu'il soit.

Or ces numéros pris sur un tableau de la table X du casino Y ne sont qu'un fragment homéopathique de la permanence authentique de cette table. Quelqu'un peut-il argumenter d'avoir noté tous les numéros du cylindre de la table depuis sa création sans en avoir manqué un seul ? Sans risque de trop s'avancer l'on peut prétendre que pas un être sur cette terre a réussi cet exploit. Alors qu'en est-il de cette permanence authentique ? Est-elle aussi authentique que chacun le prétend ? Et encore nous ne parlons même pas de toutes les fois que les roulettes servent à l'entraînement le matin des futurs croupiers ou lorsque les cylindres sont remplacés ou vérifiés sans que la direction nous préviennent, qui bien évidemment transforment cette permanence authentique en une permanence non authentique.

C'est pourquoi il est inutile de rester statique devant dame roulette pour noter les numéros. Nous pourrions vous raconter nombre d'anecdotes à ce propos mais nous allons vous donner un seul exemple. L'un de vos serviteurs juste avant de déménager sur la côte d'azur est invité (mars 2000) par l'un de ses amis à Orléans. Chaque jour, il est décidé de se rendre à Enghien. A l'époque c'est le seul casino qui n'a toujours pas reçu d'autorisation quant à l'installation de machines à sous (à cause de la proximité de Paris). L'ouverture des jeux de table se fait à 16h00 et 8 tables (anglaises) sur les 16 tournent dès le début. Comme vous pouvez l'imaginer, nous sommes très nombreux dans la salle et c'est la bousculade lorsqu'il faut s'approcher des tables. Je ne vous parle pas du soir lorsque toutes les tables tournent... Il faut jouer des coudes... Alors voir les numéros s'afficher relève de la gymnastique d'autant plus que le dernier numéro sorti se trouve en bas du tableau électronique. Devant cette foire d'empoigne, votre serviteur décide alors de noter sur son carnet (personnel) le numéro qui s'affiche en premier tout en haut du tableau... et lorsque le point d'attaque arrive, décide de jouer la chance simple sur la table suivante de celle qui a donné le signal. Je peux vous assurer que cela a fonctionné tout à fait normalement et même, au-delà de mes espérances.

Aujourd'hui nous continuons de la même manière en nous promenant autour des différentes tables pour créer notre permanence personnelle érigée de divers numéros pris à de différentes tables et cela ne change en rien à l'affaire. Nous n'utilisons pas 2 ou 3 carnets pour les 2 ou 3 tables, mais un seul carnet qui rassemblent toutes les numéros de tables différentes. Si vous préférez, nous n'avons qu'une seule permanence de jeu et elle est aussi authentique que ce qui se fait de manière classique.

Pour conclure, lorsque vous aurez intégré cette notion de carnet personnel, votre vision de la roulette sera beaucoup plus claire et naturelle et votre approche qui en découlera sera plus saine. Le carnet est tout, la table n'est rien, car toutes les tables sont indifférentes puisque vous n'avez pas pu relever tous les numéros de toutes les tables. Nous vous renvoyons au chapitre 9 du gain scientifique d'une seule unité par la convergence des probabilités pour de plus amples détails.

Pour toutes ces raisons et bien d'autres encore, pourquoi diable devrions-nous rester près d'une table pour relever les numéros. Cela reviendra au même de préparer tranquillement son travail chez soi avant de se rendre au casino.

-3.3- les écarts

Voilà la notion la plus chère avec le carnet personnel, à notre Marigny national. Tout est question de force et de puissance dans l'acheminement de son raisonnement. Sa devise est la suivante : "l'écart est la règle, l'équilibre l'exception". Voilà qui est clair et ne laisse planer aucun doute.

Personne ici sur terre n'est en effet en mesure de prouver le contraire. Si vous avez fait l'expérience du lancer de pièce, ne serait-ce qu'une centaine de fois, que constateriez-vous ? Qu'au bout du compte, l'on se retrouve avec un équilibre presque parfait, nous insistons sur le presque parfait. Mais le parfait sur cette terre n'existe pas, à l'exception près. Vous avez peu de chance de vous retrouver avec 50 piles et 50 faces, et encore nous parlons ici que de 100 lancers, qui reste un échantillon squelettique, car plus vous effectuerez de lancers, plus la probabilité de l'équilibre deviendra inexistante ou si vous préférez... improbable!!!

Il faut garder ceci à l'esprit et ne pas en dévier. Les mathématiciens qui adorent les grands nombres ne sont pas en mesure de prouver le contraire. Bien sûr en valeur relative, nous atteindrons le presque équilibre, mais en valeur réelle la différence sera de plus en plus grande, jusqu'au moment où il ne sera plus possible pour l'équilibre d'avoir une vie existentielle.

Pour revenir à l'espérance mathématique, nous avons vu que celle-ci sur les chances simples de la roulette est de - 0.04. C'est bien peu reconnaissons-le. Mais si au moment de miser vous jouez à l'envers, imaginez jusqu'où elle peut partir et vous entraîner... et vos chances de bénéfice... s'envolent...!!!

L'attente d'un écart nous apportera la satisfaction du gain presque certain. Une fois l'écart trouvé, nous irons à ce moment-là au casino chercher notre pièce pour obtenir une unité de bénéfice par le retour vers l'équilibre, qu'il ne faut pas confondre avec le retour à l'équilibre qui comme nous l'avons vu ci-dessus est presque quasiment impossible.

Car l'écart est limité dans le temps et dans sa violence. Même s'il est difficile de le jauger dans le temps, sa violence est contenue et nous allons voir comment dans les alinéas suivants.

-3.4- la violence des écarts

La violence d'un écart peut jouer parfois un rôle destructeur qui vous lamine en moins de temps que de le dire...

La violence existe aussi bien chez l'être humain, lors d'une catastrophe naturelle, que sur un terrain de jeu comme celui de la roulette. Le problème est que l'on ne sait pas quand cela va commencer et combien de temps cela va durer. La seule certitude que l'on puisse avoir, est de se dire qu'à un moment ou à un autre, cela va s'arrêter où en tout cas ralentir, voire s'inverser plus ou moins partiellement. Il ne peut pas en être autrement. Qui ne connaît pas l'expression : "après la pluie le beau temps". Vous remarquerez que l'on ne dit pas : après le beau temps la pluie. Un clin d'oeil qui mérite sa réflexion... Mais si l'on ne sait pas combien de temps cela va durer, l'on sait malgré tout que cela ne sera pas illimité... Car la violence et le temps ne sont pas amis. Marigny disait : "ils sont inconciliables". Qui a vu un orage durer plusieurs jours ??? Qui a vu un raz-de-marée recouvrir la terre entière ??? et pourtant l'eau représente environ 70 % de la surface de la terre... A part peut-être Noé et ses compagnons, mais ils ne sont pas là pour nous le raconter. Qui a vu des températures caniculaires durer pendant plusieurs mois ??? Et l'on peut continuer la liste comme cela aussi longtemps que cela nous chante...!!!

A la roulette nous constatons le même phénomène. Nous voyons surgir un écart violent et bien souvent si vous essayez de contrecarrer cet écart, il vous écrase. L'exemple le plus fréquent est de rencontrer 7, 8, 9 noirs par exemple ou plus, et de jouer contre... c'est une erreur de débutant. Et ne dites pas que cela ne vous ai jamais arrivé... Comme en bourse, il faut jouer la tendance, encore la tendance et toujours la tendance. Allez à contre-sens (le terme est suffisamment explicite) vous mènera vers les abîmes. Bref, il vaut mieux essayer de le domestiquer. En effet à un moment ou à un autre, il se retournera en notre faveur.

-3.5- comment se calcule la violence des écarts

Nous voudrions avant de poursuivre, faire une mise au point en ce qui concerne la recherche des écarts. Bien souvent nous entendons dire ou lisons ici et là que la recherche de l'écart s'effectue dans un ballottage (total des figures considérées) entre les noirs et les rouges, ou bien les pairs et les impairs ou encore les manques et les passes. Ces gens ignorants ou mal intentionnés n'ont vraisemblablement pas lu le gain scientifique d'une seule unité par la convergence des probabilités.

Avant d'aller plus loin, permettez-nous de citer Marigny de Grilleau :"...dans le cours d'une attaque, un écart a toujours été classé comme une perte ; cependant un gain n'est aussi qu'un écart, mais favorable au joueur... (chapitre 10 du gain scientifique)"

-3.5.1- définition du calcul d'un écart.

C'est la différence entre 2 figures, du nombre total de ballottages (figures qui s'opposent). Prenons un exemple :
dans le cours de notre permanence, nous relevons 13 groupes (série droite) et 36 intermittences (un rouge suivi et précédé par un noir, ou un noir suivi et précédé par un rouge). Le nombre total de ballottages ou de figures est donc de 49 (13 groupes + 36 intermittences). L'écart sera donc représenté par la différence qui est de 23.

Souvenez-vous qu'il ne s'agit pas de prendre les "rouges" contre les "noirs", les "pairs" contre les "impairs" ou les "manques" contre les "passes", mais de considérer des figures de l'ensemble rouge/noir, pair/impair, ou manque/passe, que l'on appelle "chances simples doubles" qu'il ne faut pas confondre avec les colonnes ou les douzaines appelées chances doubles.

-3.5.2- qu'est-ce qu'une figure ?

Une intermittence à noir ou à rouge est une figure de 1. Un groupe quelconque (c'est-à-dire de longueur indéterminée) est aussi une figure. Mais il y a de nombreuses autres figures, par exemple 3 intermittences qui se suivent est une figure de 3. Une série de 5 groupes consécutifs est une figure de 5, etc...

-3.5.3- quelles figures ?

Les écarts seront recherchés dans les situations suivantes :

  1. intermittences contres les groupes
  2. groupes contres les intermittences
  3. groupes de 2 contres les groupes >
  4. groupes > contre les groupes de 2
  5. ...

Pour de plus amples détails nous vous renvoyons au gain scientifique d'une seule unité par la convergence des probabilités.

-3.5.4- la racine carrée ()

La racine carrée est un nombre qui, multiplié par lui-même donne un autre nombre. Par exemple 8 x 8 = 64, qui veut dire que la racine carrée () de 64 est égale à 8.

-3.5.5- calcul d'un écart

L'écart se calcule de la manière suivante : c'est la différence entre les figures, divisée par la racine carrée () du nombre total de ballottages. En reprenant l'exemple ci-dessus, cela donne : 23/7 ( de 49) = 3.29.

-3.6- la recherche de l'écart

Quand allons-nous considérer l'écart comme suffisant pour l'attaquer ensuite au casino ?

L'écart commence dès qu'une différence de 1 sépare les figures entre elles, par exemple entre des intermittences et des groupes (nous faisons abstraction du 0). Puisqu'en théorie nous devons avoir autant d'intermittences que de groupes. Cet écart peut aller jusqu'à X fois la valeur de la racine carrée du nombre total de ballottages. Mais dans la réalité il est extrêmement rare de rencontrer un écart d'une valeur de 5 ou 6 fois la valeur de la racine carrée. De part notre expérience et nos observations nous pouvons affirmer que l'on ne verra jamais un écart > à 5.6 fois la valeur de la racine carrée ce qui nous donne en langage simplifié : 31/32 noirs par exemple contre 0 rouge. Humainement parlant... Car dans l'absolu ou l'absurdité tout est possible...

-3.6.1- écart moyen

L'écart moyen est d'environ 1 fois la racine carrée. Marigny dit qu'il est de 0.8 fois la racine carrée. Au-delà, l'écart est considéré comme anormal. Il peut s'étendre jusqu'à 5 fois la racine carrée. Plus il s'éloigne de la valeur de l'écart moyen, plus sa tension deviendra insoutenable, ce qui aura pour effet un retour de balancier.

-3.6.2- valeur d'un écart que l'on peut attaquer

Au regard de ce qui précéde, nous considérons que l'attaque doit se faire à partir de 2.6 fois la racine carrée au minimum, en fonction du nombre de figures. Sur ce dernier point, nous joignons avec l'envoi du gain scientifique un détail de ce raisonnement.

Voici une fiche sur laquelle un écart a été constitué avant de pouvoir être attaqué.

-3.7- capitaux nécessaires

-3.7.1- à masses égales

-3.7.1.1- l'orthodoxie marignienne

Il faut se souvenir que Marigny a toujours préconisé la masse égale. Il suffit pour s'en convaincre de lire son oeuvre et entre autre, le volume 2 sur la capitalisation du gain scientifique avec les tableaux de Sextius.

-3.7.1.2- les écarts de 4 et >

Néanmoins lorsque l'on rencontre des écarts de 4 et supérieur nous pouvons faire une légère entorse à la règle, soutenu en cela par Marigny lui-même.

Une quinzaine de pièces est donc nécessaire pour faire face aux différents écarts à masses égales. Comptez 50 pièces pour un confort psychologique. Qu'est-ce que cela veut dire ? Si vous perdez 10 pièces et que votre capital se monte à 20 pièces, votre débours est de la moitié ce qui peut mettre mal à l'aise. Mais 10 pièces sur un capital de 50 pièces ne représentent plus que 20 %. Dans ce cas vous avez le temps de voir venir et vous serez serein. Nous insistons sur ce point... En effet vous pouvez avoir la meilleure méthode qui soit, vous aurez toujours à essuyer des pertes inévitables. Or si vous êtes sous-capitalisé ou peu capitalisé, votre sérénité en prendra un sérieux coup. Comme dans tous les domaines, il faut se donner les moyens de ces objectifs... qui passe par un confort psychologique. Voilà pourquoi nous préconisons ce capital de 50 pièces... mais qu'est-ce que c'est à côté de plusieurs centaines ou milliers de pièces préconisées par d'autres systèmes que ce soit à la roulette, aux courses ou ailleurs...!!!

-3.7.2- la contre-d'alembert

Un capital de 50 pièces est nécessaire si vous suivez bien votre méthode. Comptez 75 à 100 pièces maximum pour un confort psychologique. Mais il est peu probable que vous ayez besoin des 100 pièces. De plus la rentabilité est bien supérieure. Cette gestion comme la suivante se prête bien à la méthode des écarts. Nous vous renvoyons à cet exemple de la contre-d'alembert.

-3.7.3- la montante en paliers de 2

Cette gestion est une montante en pertes mais proche de la masse égale. L'on augmente d'une pièce après chaque double perte consécutive en écart cumulé. (1-1-2-2-3-3 etc...). En cas de gain, l'on reste au niveau où l'on se trouve.

Exemple : après un écart cumulé de 6, nous passons à la mise 4. A ce moment là nous nous trouvons à -14. En cas de gain, nous revenons à -10, et nous continuons à jouer à la mise 4 tant que nous gagnons. Il suffit de revenir à l'écart 2 avec 4 pièces (montant de la mise) de bénéfice pour rentrer toutes les pertes sans attendre de revenir à l'équilibre. C'est une bonne gestion qui coûte un peu plus chère que la contre-d'alembert. Il est nécessaire d'avoir 72 pièces pour un écart cumulé de 15. Comptez 200 pièces pour votre confort moral. Néanmoins nous la déconseillons, quand bien même nous avons de belles réussites avec. Aussi douce soit-elle, elle demeure une montante en pertes et doit être considérée comme potentiellement dangereuse. Or comme l'écart dont on ne sait pas quand il s'arrêtera, une montante en pertes a le même effet, et elle finira par vous ronger psychologiquement.


-4- Analyse de la permanence

Nous allons à présent analyser la permanence de 512 coups joués du 12 mars 2010 au 20 juillet 2011, réalisée en 87 séances ou si vous préférez un peu plus de 4 mois de jeu à raison de 20 jours mensuels. Le résultat est de + 44 pièces soit 8.60 % de bénéfice. Mais ceci ne représente que l'état brute de la permanence. En réalité en suivant les conseils de marigny et en les améliorant comme nous l'avons fait, le résultat est de + 77 pièces soit très exactement 15 % de bénéfice, tout ceci à masses égales... Nous détaillons cette permanence.


Pour toute demande de renseignements aussi bien en ce qui concerne la théorie de marigny ou l'aspect technique sur les diverses applications rendez-vous sur notre page contact@marigny-de-grilleau.com.
Valid XHTML 1.1 CSS Valide ! Contrat Creative Commons mdg 2010-2018